Articles,  Expérience

Comment « bien » ou « mieux » vivre une blessure…

Chez tous les sportifs qui cherchent à progresser, vient un moment dans la saison ou dans l’année où le corps ne suit plus. Pour ma part, que ce soit quand je faisais de la musculation ou dans mes débuts en course à pied, j’ai essuyé un bon nombre de tendinites, déchirures, contractures, chutes, douleurs diverses et variées. Jamais rien de très grave mais cela nécessitait quand même un arrêt de la pratique en question.

L’arrêt de la pratique, on pense qu’il est là le cœur du « problème ». Mais, au fond, n’est-ce pas simplement un enseignement?

Une douleur?

Quand une douleur survient, je pense qu’on est tous plus ou moins pareil. On se dit « ce n’est rien, ça va passer à la prochaine séance! » et non… Je pense qu’il faut être réaliste quand une douleur se fait ressentir. Soit on connait plus ou moins la cause et on en tire des conclusions. On agit alors par rapport à un vécu. Soit on ne sait pas du tout et là, je pense qu’il faut comprendre la source en consultant un professionnel de santé. Pour ma part, j’ai un faible pour les Ostéopathes, médecins du sport ou kinésithérapeutes. Je vous conseille de toujours aller voir le même afin qu’au fur et à mesure des mois, celui-ci vous connaisse et il gagnera du temps dans le diagnostic et dans les gestes à réaliser. La confiance dans le praticien que vous allez avoir n’a pas de prix et vous gagnerez du temps.

 

Un échec?

« Échouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente. »

Henry Ford

Il faut être franc, une blessure est un échec dans un cursus de progression. Cela brise le plan de préparation et met la plupart du temps l’objectif de côté pour un temps. Cependant, je pense qu’un objectif doit rester un objectif, peu importe les barrières qui peuvent s’interposer entre vous et cet objectif. Je parle d’objectif au sens large du terme, pas sur une course en particulier, mais soyez « FOCUS » sur votre progression vers votre objectif. Peu importe que ce soit un objectif de temps, de distance, de poids, de classement… mais ne réduisez pas tous vos efforts en cendre pour une blessure.

Identifiez la cause…

« N’accuse pas le puits d’être trop profond ; c’est ta corde qui est trop courte. »
Henry Ford

Soyez honnête envers vous même. Ne remettez pas la cause de la blessure sur vos chaussures. N’est-ce pas à vous de changer les chaussures? N’est-ce pas vous qui les avez choisies?  Les chaussures ne sont qu’un exemple, cela est valable pour presque toutes les causes. Prenez le temps de chercher cette cause qui vous a mis dans cette situation pour ensuite pouvoir l’isoler, la comprendre et la corriger.

 

Gardez le cap!

« Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous voyez apparaître quand vous perdez de vue votre objectif »
Henry Ford

L’objectif doit être clair dans votre tête pour ne pas perdre votre objectif de vue. Je pense que la première blessure est le moment le plus approprié pour prendre le temps de définir votre objectif. Si vous n’en avez jamais vraiment défini un, accordez-vous ce temps. Pour ma part, concernant mon objectif sportif, c’est de faire un « Top 10 » sur une course de Chamonix. Ne me demandez pas pourquoi Chamonix, pourquoi le top 10, partagez votre objectif mais ne partagez pas la raison de la définition de cet objectif. La raison, vous vous la répéterez dans les moments où cela devient difficile, comme par exemple la blessure.

Il y a deux sortes de blessures pour moi: celles qui empêchent toutes activités et celles qui vous laissent faire d’autres activités. Voici quelques pistes :

  • Si vous pouvez faire d’autres activités, gardez néanmoins en tête que votre corps a besoin de se reposer, n’en faites pas trop.
  • La piscine est souvent évoquée, mais si votre pathologie est importante, placez plutôt cette pratique en reprise car même si ce n’est pas traumatisant c’est fatigant.
  • Tournez-vous vers le stretching, cela peut-être un bon moyen de gommer certains maux. Cela vous donnera une bonne mobilité et des muscles plus sains.
  • Le Yoga, personnellement je l’ai découvert en juillet 2015 et depuis, j’ai gardé l’habitude de commencer mes journée par 15 minutes. Mon niveau est très faible, mais les bienfaits sont déjà perceptibles. C’est une pratique que je souhaite vraiment intensifier pour découvrir les nombreux bienfaits psychiques et physiques que le Yoga cache…
  • La marche, oui cela parait étonnant mais la marche est un excellent exercice, surtout si vous avez la possibilité de le faire avec des chaussures « barefoot » de type Fivefingers ou Vivo. Vous musclerez vos pieds et vous travaillerez une posture plus naturelle sans traumatisme.
  • La PPG (Préparation Physique Générale) est un terme, comme son nom l’indique, trop général! Mais il y a de bonnes choses à en tirer. Notamment le gainage. Prenez du temps pour travailler votre ceinture abdominale, elle est importante dans votre vie de tous les jours et elle améliorera votre foulée quand l’heure de la reprise aura sonné!
  • Les pistes peuvent être nombreuses, en fonction de vos goûts et de vos capacités de base, mais prenez le temps d’en discuter avec votre praticien pour trouver celle qui conviendra et qui s’adaptera le mieux en fonction de votre blessure.

 

Quand vous êtes blessé, prenez le temps de faire les choses que vous n’avez pas le temps de faire d’habitude. Moi j’aime me tourner vers la cuisine saine, la lecture ou l’élaboration de mon programme de reprise. C’est d’ailleurs un point que j’affectionne particulièrement. Pour moi, c’est à ce moment précis qu’on met en place une stratégie différente afin de ne pas tomber à nouveau dans la blessure. Choisissez ce que vous aimez mais ne broyez pas du noir devant la télévision qui vous enfoncera encore plus profond que ce que vous n’êtes déjà.

Et l’alimentation?

Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, j’en ai déjà parlé à de nombreuses reprises. Quand je vous parlais un peu plus haut de prendre de nouvelles bonnes habitudes de préparation, je pense qu’un bilan de votre alimentation est aussi nécessaire.

 

Pour ma part, j’ai toujours « bien » vécu les blessures. Bien-sûr pas la première car j’avais l’impression de tout faire parfaitement. Au fur et à mesure des blessures, j’ai modifié l’axe responsable de celles-ci. Le simple fait de l’accepter est déjà un bon point pour votre guérison. Entourez vous durant ces moments là. D’autres personnes sont passées par ces étapes, mais choisissez les bonnes personnes, celles qui vous apporterons positivisme et enthousiasme. L’idée est d’en sortir plus grand et de continuer à augmenter votre capacité d’adaptation.

La Force du FOCUS
Si je peux me permettre de vous conseiller une lecture, je vous invite à lire ce livre…
Partager cet article :