Expérience,  Récits de course

La RAF ! Les trois petites majuscules d’une grande balade !

Ces majuscules, RAF, sont la contraction de Race Across France. C’est un concept de course longue distance importé des États Unis par Arnaud Manzanini. C’est bien plus qu’une simple course, c’est toute une philosophie outre-Atlantique qui importée sur notre territoire. Aux États-Unis, le continent américain est traversé d’Ouest en Est. Pour nous, ce sera une traversée du Sud-est au Nord en faisant le crochet par l’une des Merveilles du Monde: le Mont-Saint-Michel. Ce Mont est pour moi très symbolique car c’est aussi le départ et l’arrivée du Tour de Normandie que j’ai réalisé en Ultracycling, mes premiers coups de pédales dans le monde inconnu de l’Ultradistance en vélo.

Elle était dans un coin de ma tête ! L’inconnu, la peur, la solitude, l’accomplissement de soi, l’expérience, c’est autant de choses qui traversent notre esprit durant une si longue préparation. Avant de se préparer il a fallu prendre la décision de s’inscrire, se lancer dans ce grand défi. Je connais les contraintes et l’engagement nécessaires à la réalisation d’un tel défi et le véritable engagement n’est pas vraiment le jour J même si ça reste le clou du spectacle. La difficulté c’est le quotidien. Créer le quotidien qui va nous permettre de devenir une personne ayant les capacités et ressources pouvant permettre de croire que « l’inhumain » pour beaucoup devient réalisable pour nous. Je pense faire partie de ces gens qui aiment à croire que les limites ont été inventées par les autres pour éviter d’en faire plus ! C’est peut-être un point de vue tranché mais il est assumé. J’aime également à croire que mes aventures peuvent motiver certains d’entre vous et c’est d’ailleurs ce qui me pousse à écrire en dehors du fait que je m’imagine à 95 ans en train de lire ces lignes, ces récits qui me mettront en émotions car c’est bien de cela dont il s’agit: vivre et ressentir ! 

Il y a bien longtemps que j’ai compris le dicton « on n’a qu’une vie » et je me rappelle souvent ces choses dans mon esprit:  « une seconde de passée est passée pour toujours alors autant la remplir » ! 

Dans nos emplois du temps par moment une journée peut passer très vite mais je vous garantis qu’une journée complète de 24H sur un vélo c’est long, très long ! 

Reprenons ensemble au début. La genèse d’une aventure est toujours intéressante et nous rappelle souvent les traits de nos caractères. C’est un peu à cause de Flavie si on est là ! Suite à différents échanges avec Marie et Anthony, des amis, elle a décidé de faire le 330 en duo avec Marie et Anthony, le conjoint de Marie partait également sur la course, sur le 2500 km. Suite à quelques discussions, me rendant compte de mon expérience et de mon entraînement je me posais des questions sur mes capacités alors qu’Anthony non. Cela m’a rappelé l’insouciance de mes débuts en trail, une insouciance qu’on devrait toujours avoir car c’est très paralysant de penser à tout le travail à réaliser plutôt qu’à la richesse de l’aventure. 

Bref, j’ai mis mon esprit cartésien de côté pour laisser place à l’émotion et la décision s’est prise en quelques minutes. J’ai appuyé sur le bon bouton et là, tout est devenu plus léger. Les contraintes de l’entraînement deviennent des étapes à passer, les heures de selles s’avalent comme des carrés de chocolat et le corps s’adapte à l’effort. 

Cette transformation est magnifique, c’est un vrai sentiment de puissance et cela me rend fier de moi et quoi de plus beau que d’être fier de soi..? 

Je ne vais pas passer plusieurs heures à vous compter mon entraînement car ce n’est pas le plus important même si j’ai planifié des volumes progressifs avec quelques confrontations aux difficultés de l’ultra. J’ai surtout beaucoup lu et écouter des vidéos à ce sujet pour m’imprégner de la bonne philosophie. C’est des gagnants, des gens qui avancent et qui ne s’écoutent pas. La préparation physique est relativement simple pour ce genre d’épreuve, faut « bouffer de la borne » ! 

Je comptabilise aujourd’hui environ 9000 km depuis janvier et 150000 m de dénivelé positif. Avec quasiment aucun repos, simplement un planning aménagé me permettant de récupérer. Je continue à suivre mes variations de RMSSD pour connaître mon état de forme, avec l’application HAPT c’est très facile. Jetez-y un œil! 

La grande question maintenant à quelques heures du départ c’est : Suis-je prêt ? 

La réponse n’est pas de savoir si je suis prêt physiquement mais plutôt de savoir si je suis préparé à faire confiance à mon corps et à chuinter toutes les défaillances de mon esprit. Celles qui poussent à abandonner car même si d’un œil extérieur je vous parais solide, je reste comme vous. 

Je sais que notamment Flavie ou ma Maman ne vont pas très bien dormir les quelques nuits que je vais passer à traverser la France mais c’est aussi ça l’aventure, il y a une part de danger, d’inconnus mais mes nombreuses expériences m’ont appris à réagir de façon calme et réfléchie face à ce que je peux contrôler. Ensuite il y a une part d’incertitude que personne ne peut prévoir ni contrôler et je pense qu’on oublie trop souvent dans nos vies capitonnées à quel point ce monde est dur. L’ultra c’est une exposition moderne à la nature et à nos capacités intrinsèques de survie et d’adaptation. Les oublier est un grand gâchis car on se ramollit ! 

C’est avec grand plaisir que je vous partagerai très certainement par vidéo le feed-back de cette aventure à travers les plus beaux paysages de France.

C’est peut ça le devenir de DreatrainR, les deux premières lettres sont la contraction de Dream et je pense qu’à travers ces quelques lignes vous percevez bien que c’est le rêve caché d’être un aventurier et explorateur qui se cache derrière tout ça. 

Battez-vous pour vivre les vôtres ! 

Sportivement, 

Victorien

Souvenir de la reconnaissance de quelques cols dans les Alpes.
Partager cet article :