Récits de course

Une épreuve pour s’éprouver !

Une première de faite pour 2019, je sais on est déjà presque à la fin de l’année mais pour moi elle a commencé en juillet! Après un test de lancement au Trail du GTDA et TDA nocturne en début d’année, la motivation est retombée comme un soufflet! Je n’ai pas d’explication rationelle sauf le manque d’un objectif concret et atteignable.
C’est donc en juillet sur les bords du Lac de Serre Ponçon que tout est revenu! Un cadeau offert par mes amis et ma famille pour mes 30 ans, l’occasion de faire un point avec moi même et de comprendre qu’il n’y a qu’une décision entre la réussite ou l’échec de mes projets. J’ai déjà validé beaucoup de schémas de pensées dans ma vie pro au quotidien, mais je n’avais jamais réussi à faire grandir plusieurs objectifs en parallèle et c’est l’objectif des prochaines années, réussir ma vie perso, ma vie pro et mes résultats sportifs. Je ne parle pas de résultat pour la place car je ne me bats pas contre les autres, je vous en ai déjà parlé. Je me bats pour découvrir et explorer mes capacités et le partager pour aider les autres à en faire de même sans penser que c’est incroyable et que ce n’est pas pour vous!

Les trois derniers mois ont été riches en balades, en partages et en hypoglycémie! Je me suis souvenu ce que c’était de vivre avec des courbatures, la sensation d’être « raide » le matin (ne détournez pas l’expression première de ma phrase hein…) J’ai senti mon corps s’adapter aux contraintes que je lui oppose. L’expérience des dernières années et mon hygiène de vie m’aident à passer à coté des petites blessures handicapantes de ce genre de reprise. Je ne me suis pas enfermé dans un plan et je n’ai fait aucune séance qualitative, juste du jeu et de la balade pour tester mon envie.

Du coté de mon alimentation je n’ai voulu rentrer dans aucune « dérive » c’est à dire que je continue tranquillement à avoir une vie sociale riche et je me rends compte que quelques bières n’entachent en rien mes capacités. Tout ça pour simplement vous partager ma vision des choses et mon retour d’expérience. Il suffit simplement d’avoir le bon comportement au bon moment. Une petite Detox bien placée efface tous les stigmates!

Le 5 octobre, j’avais RDV avec cette date depuis début juillet, pas simple d’être au pied du mur et de se demander si on a fait le « job ». Pour le coup, ça a été simple, le matin en me lavant les dents, face à la glace, je me suis regardé et je me suis senti fière d’avoir fait ce qu’il fallait, cela permet plusieurs choses et notamment de développer la confiance en soi. Si ça vous intéresse, vous retrouverez beaucoup de choses sur ce sujet dans ce que l’on appelle les neurosciences.

Départ du stade.

Au départ, petite appréhension car les sensations étaient pourries! Nul, j’étais collé à 12 km/h! Deux petits kilomètres pour me réveiller et direction l’arche de départ. Je voulais de toute façon partir à mon rythme et faire ma course, sauf que! Sauf que c’est parti beaucoup plus vite et que ça s’est accéléré. A ce moment-là, je me suis dit que j’étais loin du niveau mais avec mon optimisme légendaire j’ai laissé faire… Dans mes souvenirs, le Trail commençait à mi-course car avant il y avait pas mal de bitume, rien d’alarmant mais je n’ai pas la capacité d’encaisser les accélérations alors je temporise. Et là, une descente technique, je refais mes 300 m de retard en 100 m de descente, une première lueur d’espoir! Puis à nouveau du bitume et à nouveau distancé et relégué à la quatrième place. Et je vois le cinquième à 20 m de moi… Sauvé, nous entrons en forêt et là je me retrouve dans mon élément, plusieurs descentes techniques, plusieurs bosses, des relances, je distance le cinquième, j’aperçois le troisième et ça me conforte car de mon côté les sensations s’améliorent. A la sortie du bois, je pointe deuxième avec le troisième aux fesses. Il court bien sur la route, me rattrape et me double au ravitaillement.

C’est maintenant ou jamais car j’ai entendu le speaker au départ disant que nous terminions à plat dans un champ. Je n’ai pas la vitesse pour rivaliser alors je m’emploie à appuyer le rythme dans le technique et je valide mes acquis par la même occasion. La chance me sourit car c’est du vrai Trail que nous avons à disposition et je prends plaisir à sauter à droite et à gauche en vérifiant la force de mes cuisses.
La fin est proche, j’entre dans le champ, je vois l’arche, je passe dans une rivière et nous y sommes. Je suis calme et satisfait de terminer de cette façon en gérant mon effort derrière Francis.

Engagement maximum !

Merci aux bénévoles de l’organisation du Trail de Brecey, c’était parfait !

Partager cet article :