Récits de course

Un 360 qui se transforme en 270 kilomètres !

Comme beaucoup d’entre vous lors de l’annonce du confinement, je n’ai pas vraiment compris l’impact direct sur mon calendrier sportif du mois de juin. Très rapidement, beaucoup d’organisations ont annulé leurs épreuves mais je restais optimiste pour ce 360 Km qui était prévu les 20 et 21 juin 2020. Malheureusement, les Écureuils de Domfront ont dû suivre les recommandations pour les rassemblements sportifs.

Psychologiquement, de con côté, j’ai mis un point d’honneur à ne pas me résigner car ce n’est pas bon pour mon moral !

J’ai donc mis en place ma préparation pour ce 360 avec les moyens du bord, de la PPG, des heures de Zwift et du Compex.

Calendrier Strava.

Comme vous pouvez le voir, ce ne sont pas les heures de selle qui manquent ! Mais les derniers 90 km m’ont fait défaut. Je vais vous partager ce que j’appelle « une brèche mentale ». C’est cette brèche que j’ai laissé s’agrandir et prendre le dessus sur ce défi.

Le samedi précédent, nous avons réalisé le tour de la Suisse Normande en vélo, un 200 km avec 3900 mètres de dénivelé en guise de première sortie longue extérieure. Par contre, je n’ai pas touché au VTT depuis bien longtemps et je n’ai pas été scrupuleux sur l’entretien car mes roulements de boîtier de pédalier sont HS et ma fourche est dure comme du bambou ! Mais ce n’est pas ça qui a remis en question ma participation ! Guillaume, un ami avec qui nous allions rouler, avait de quoi faire la mécanique. Première étape : Check ! En ce qui concerne la fourche, je comptais sur la PPG pour faire le job à sa place.

Vendredi soir, William est descendu de Caen pour dormir à Flers, ça le rapprochait du départ et ça permettait aussi d’échanger. Tout était prêt, il ne manquait qu’une bonne nuit de sommeil !

Samedi matin, nous avons mis en place nos petits rituels, un Energy Diet Plus, une banane et un café pour décoller « just on time » !

Départ : Photo de Christian

6H00 : départ de Domfront direction Mortain. Cette première boucle s’est faite gentiment mais nous nous sommes vite rendu compte de sa difficulté. Pourquoi ? Car le principe du 360 VTT c’est de former un 8 que nous faisons dans un sens puis dans l’autre. Alors tout ce que tu descends il faut le remonter ! Et là, pour le coup, cette boucle est très rocailleuse et boueuse ! On n’est pas au mois de Novembre non plus mais ça compte sur une longue distance. Je pense que je me souviens comme chaque participant des « chemins à vaches »! Mais je me souviens aussi des points de vues depuis le GR 222 entre La Fosse Arthour et Domfront, c’est magnifique et les chemins sont top !

Le sourire de Guillaume ! Ravitaillement sauvage pour la totale autonomie !

Une fois arrivés à la voiture (quand je dis « arrivés » c’est Guillaume, William et moi !), le petit scénario de récupération se met en place. Habituellement, quand tu as fait 90 km, c’est direction la douche! Mais là non ! D’ailleurs, petite parenthèse: j’ai testé de me brosser les dents avant chaque départ pour une nouvelle boucle et c’est une formidable sensation de propreté ! À mettre en place pour chaque prochain ultra.

De notre côté, l’alimentation est simple: un Energy Diet Plus soupe de légumes, une banane avec des biscuits secs tartinés à la purée de cacahouète. Je bois également une demi bouteille de jus de légumes pour le côté alcalin.

Nous sommes en totale autonomie donc il faut avoir un œil sur tout et aussi et surtout sur la mécanique du vélo. Graissage de chaîne notamment. Je le fais très régulièrement, 30 km maximum. Nous devons également prévoir notre alimentation et les lieux de points d’eaux. Côté alimentation pour ma part j’ai pris  des barres de céréales qui correspondent à un en-cas équilibré saveur chocolat cacahouète et l’autre amandes et graines ! Simple et super efficace, merci Beautysané !

Nous découvrons cette magnifique deuxième boucle à l’Est de notre point de départ. Le point positif c’est que cette boucle semble plus sèche que l’autre dès le départ. Mais il faut quand même appuyer sur les pédales et à ce petit jeu notre trio est fort ! 

Les kilomètres s’enchaînent comme de le dire et nous profitons même des terrasses pour le café et pour remplir les bidons, merci au bar de jouer le jeu car on est sale et je pense qu’on ne sent pas très bon… Cette deuxième boucle est rythmée par deux villages : Bagnoles-de-l’Orne et la Sauvagère. Ils nous permettent tous les 30 kilomètres environ de nous ravitailler mais surtout de diviser en tronçons cette balade.

C’est super agréable de se balader comme ça dans les chemins en fin de journée, les kilomètres s’enchainent bien et nous sommes tous les trois sur un super rythme. Rien ne laissait présager les douleurs que j’ai pu ressentir vers 1H00 du matin.

En arrivant au Gué plat, j’ai aperçu Flavie au dernier moment qui nous attendait avec une petite surprise… Des financiers géants à la pistache ! La pâtisserie, c’est quelque chose de délicieux mais après plus de 11h de vélo, il n’y a pas de mots ! Merci Chouchoute !

Nous sommes arrivés à la voiture vers 19H00, nous avons pris le temps de manger, de mettre l’équipement de nuit, de nous faire un petit brin de toilette. D’ailleurs je vous conseille pour l’an prochain ou sur tout autre ultra la brosse à dents ! C’est une merveille de repartir avec la bouche fraiche !

Mon objectif en repartant de Domfront était d’arriver à Mortain avant la nuit car je savais que certains chemins étaient difficiles avec la lampe. Le rythme collectif était bon avec chacun son relais. Quand j’y repense… quel plaisir de partager ça avec vous Guillaume et William. J’espère que ce n’est que le début de beaux défis collectifs !
Arrivés à La Chapelle de Mortain nous avons même pris le luxe de se faire la bosse ! La force est bien présente dans les cuisses, on écrase les pédales sans perte de puissance depuis 6H00 le matin alors que ça fait bientôt 16H00 de selle, le secret c’est l’alimentation je pense  !

J’ai d’ailleurs pris beaucoup de plaisir à avoir le retour d’expérience de plusieurs personnes ayant utilisé Energy Diet Plus sur ce OFF.

A Mortain, nous avons remis une petite laine car le soleil est maintenant couché. Chacun vaque a ses petits rituels pour se préparer à la nuit.
Nous nous lançons dans cette étape, j’adore la nuit en vélo, ce calme se mêlant au balais des chauves-souris devant nos lampes dans les chemins creux du bocage.

Mes mains commencent à me faire très mal et j’ai beaucoup de mal à tenir le guidon. Le manque d’heures de VTT se fait ressentir, c’est pas très grave je sers les dents. 

Les chemins se succèdent jusqu’à GER où nous nous arrêtons dans les WC publics ouverts et super propres, merci la commune de GER !

Le luxe du ravitaillement de GER ! Il y a de l’eau potable !


En repartant, la trace n’est pas claire et nous nous perdons et perdons William quelques minutes avant de le voir débouler avec une grande aisance dans les descentes même de nuit !
C’est le dernier tronçon et le drame se produit dans mon esprit. Je crée un biais ! Un chemin de fuite comme l’explique si bien Sun Tzu dans « Lart de la guerre »,  je me trouve une excuse, une fuite. Sur le moment, je ne le vois pas, je dupe mon esprit en invoquant 1000 raisons valables sur-le-champ mais aucune ne l’est vraiment. Une faiblesse ? Objectivement oui. Dans les faits, c’est le manque d’exposition à des situations comme celles-ci qui ont rendu mon esprit feintant. Est-ce grave ? Non ! C’est de l’expérience, une expérience qui vaut de l’or car c’est moi et moi seul qui choisis. Et j’ai choisi.
Nous arrivons à la voiture et je suis soulagé mais à ce moment, j’ai oublié quelque chose d’essentiel: le trio. Je vois Guillaume et William devant moi et je ne change pas d’avis, je n’arrive pas à prendre le recul suffisant pour analyser la situation, je m’enfonce dans mes excuses… Elle est là ma brèche. Et je n’ai rien su faire à l’instant T pour la résorber.

C’est une superbe expérience à vivre mais aussi une belle étape franchie que de vous l’écrire.
Je revois le courage de William à repartir sur les chemins seul en pleine nuit. De son côté, Guillaume n’arrive pas à s’alimenter et décide également de se protéger. Réflexe naturel de l’être humain.

L’aventure de L’UR 360 OFF se termine avec 270 Km au compteur et 3 boucles pour Guillaume et moi. William sera l’unique Finisher de cette édition épique sur les traces de 2016 !


Encore bravo aux 27 participants qui sont tous venus relever leurs défis !

Maintenant on va sérieusement se préparer avec William pour vous proposer un duo de choc en 2021 ! Je pense que Guillaume sera également de la partie !

Sportivement,

Victorien

Partager cet article :