Articles,  Recettes

Les Oméga-3

Les Oméga-3, voilà un nom qu’on entend très souvent à la télévision, dans les journaux grand public ou sportifs mais à quoi servent-ils? En quelle quantité? Et la qualité…

Tout d’abord si je vous parle d’Oméga-3 dans cette rubrique c’est qu’ils sont en lien direct avec la performance. C’est en lisant un article sur le site de lanutrition.fr que m’est venue l’envie de vous en parler. Une étude récente menée par des chercheurs de l’Université de Toronto, parue dans le Journal of the International Society of Sport Nutrition, rapporte que complémenter son alimentation en Oméga-3 peut améliorer les performances et atténuer la fatigue due aux efforts physiques.

Mais qui sont-ils? Ce sont des acides gras polyinsaturés trouvés sous forme de longues chaînes dans certains produits  issus de sources animales telles que les poissons et crustacés mais aussi dans les végétaux sous la forme d’acide alpha-linolénique. Pour être plus précis cela est légèrement plus complexe, il y a trois sortes d’Oméga-3 :

– les acides alpha-linoléniques (ALA) , totalement indispensables car le corps humain ne peut pas le fabriquer.

– les acides eicosapentaénoïques (EPA) et docosahéxaénoïques (DHA) , notre organisme est capable de les synthétiser mais en quantité limitée. Il est donc souhaitable d’avoir une complémentation.

A quoi servent-ils? Je vais m’en tenir à quelques lignes et à la performance sportive, mais les Oméga-3 sont bien plus importants pour notre vie que le simple fait de vouloir améliorer nos performances sportives. Sportifs ou non, nous sommes tous pensés de la même façon et l’entretien de nos cellules est primordial pour conserver une bonne santé. Dans le cadre de cette étude, une augmentation de 20% de la fonction musculaire a été évaluée sur les athlètes. Une réduction de la fatigue musculaire a aussi été observée. La supplémentation en Oméga-3 peut avoir atténué les dommages musculaires, nous révèle cette étude!

En quelle quantité? Pour l’étude, les athlètes ont reçu 375 mg d’acide eicosapentaénoïque EPA, 230 mg d’acide docosapentaénoïque DPA, 510 mg d’acide docosahexaénoïqueDHA par jour, bref des quantités qui ne nous parlent pas et qui sont difficiles à retrouver et à mettre en œuvre dans la vie de tous les jours… Je vous laisse imaginer le calcul le matin devant votre bol de graines de lin broyé ou votre saumon! De quoi perdre la tête et vous faire exploser le ventre! Ce qu’il faut retenir, à notre niveau c’est qu’il faut en consommer régulièrement et de bonne qualité… Ne pensez surtout pas que le St Hubert Oméga-3 est bon pour la santé, c’est de la propagande de la part des industriels qui surfent sur la vague. Selon plusieurs études, il faut au minimum 500 mg d’apport en Oméga-3 par jour. Pour les apports en ALA cela est relativement simple, les végétaux en sont une grande source, 3 à 4 cuillères à soupe d’huile de Lin de qualité feront l’affaire. Pour la DHA la meilleure source reste l’huile de poissons, je ne me vois pas vraiment le boire directement le matin! Pour ma part, j’utilise des capsules d’huile de petits poissons de mer du Nord (pas chargés en métaux lourds par rapport aux poissons du haut de la chaîne alimentaire) et opaques car l’huile doit être protégée de la lumière pour conserver ses atouts… Attention aux Oméga-3 bon marché qui vous font plus de mal que de bien.

Notre corps est fort, sa capacité d’adaptation est grande mais notre vie moderne le met à rude épreuve. Quand on rajoute à cela une activité physique, il faut le mettre dans les meilleures conditions possibles même si cela n’empêche pas les blessures. Les blessures renforcent quand elles sont bien traitées…

N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin.

Victorien

Contact

image

Partager cet article :