Expérience

La planification, c’est si simple que ça?

Le 17/01/2018
L’année 2018 est devant nous mais aussi devant moi… Quelle direction, quels choix, pourquoi mon mental est lundi en haut et mardi en bas?
Y a-t-il une erreur de parcours? Je pense que oui. Et de cette erreur, j’en fais actuellement les frais. L’enseignement que j’en tire aujourd’hui en vous écrivant c’est la satisfaction de m’explorer. A travers ces lignes, je ne souhaite pas vous partager une « solution miracle » mais simplement un message qui, j’espère, vous encouragera à vous explorer tant du côté obscure que du côté clair. C’est étrange non? Je l’ai pensé, j’en ai eu honte et aujourd’hui j’en suis fier.
Comment cela s’est-il passé? Depuis mon dernier article, le 4 décembre 2017, je n’ai pas fait grand chose sur le plan sportif mais je me suis exploré sur le plan professionnel dans ma vie d’entrepreneur. Il y a de grandes similitudes avec le sport et j’adore ça! J’ai néanmoins travaillé la planification de cette année 2018 et notamment mon grand défi, une autre source d’exploration profonde.
Sur quoi ai-je travaillé durant ces derniers mois, vous voulez savoir? Sur la planification ainsi que sur la gestion des hauts et des bas. Je vous explique comment.
Je vais chercher mon inspiration dans mes lectures (étonnant pour ceux qui me connaissent!). C’est certain que je n’ai jamais été l’élève qui se tournait vers la lecture, celle-ci rimant à l’époque pour moi avec « torture ». Aujourd’hui, c’est bien différent, lecture rime avec « aventure ». L’aventure de donner une nouvelle direction à ma philosophie et ne pas me cantonner à mon passé. Certains ouvrages m’ont marqué plus que d’autres. Je cite par exemple Miracle Morning. Vous êtes sûrement beaucoup à le connaître mais pour moi , ce livre nous offre la possibilité de vivre chaque journée comme une belle journée, il est déstabilisant. Ce qui m’a déstabilisé, c’est le fait que je pensais être fort et je me suis rendu compte avec humilité que j’entretenais un large lot de « faiblesses ».Je ne sais pas vraiment si on peut appeler ça des « faiblesses » mais je les perçois ainsi.
 Hal Herold, dans son Miracle Morning amène une méthode à mettre en place au quotidienCette « routine » est vertueuse et a démultiplié mon efficacité.
L’acte numéro un pour moi est la méditation car elle me permet aujourd’hui de moins en moins me confondre avec mes émotions. Cela permet également d’obtenir une certaine forme de légèreté. Pour la médiation je n’ai pas cherché la complication, j’ai téléchargé sur mon iPhone l’application Petit BamBou qui correspond vraiment à mes attentes. Des explications, une méditation guidée et une simplicité d’utilisation. Je suis sur une moyenne de 15 minutes par jour.
L’acte numéro deux est pour moi l’écriture de ces articles. C’est un bon moyen d’exprimer mes pensées et participe à ce mieux être qui m’habite. Peu importe le support, je pense aujourd’hui qu’écrire est un fabuleux moyen de planifier et de tirer des enseignements des journées passées.
L’acte numéro trois -que j’aurais placé numéro 1 deux ans en arrière- est le sport. Pour ma part, je ne parle pas vraiment des sports d’endurance dans ma « routine » mais plutôt de préparation physique générale. C’est clairement quelque chose que je ne faisais jamais et ça me portait préjudice dans mes autres activités. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui j’utilise l’application Seven, c’est 7 minutes de PPG minimum par jour. C’est ludique et très bien fait. On pourrait penser que 7 minutes c’est « ridicule » mais sincèrement, depuis trois mois, je commence à voir l’amélioration!
L’acte numéro quatre, c’est la visualisation et les affirmations. Je dois bosser mon mindset, mon mental. Savoir où je vais pour ne pas me perdre, c’est à mon sens une des étapes clés de la planification. La visualisation permet de se projeter et de préparer son esprit à vivre un événement. Les affirmations vous aideront à croire dans votre potentiel et renforceront vos capacités. C’est ce que la science appelle la neuroplasticité. J’ai beaucoup renforcé mes connaissances dans ce domaine notamment grâce à la lecture du livre d’Idriss Aberkane intitulé Libérez votre cerveau . Superbe ouvrage, je vous le recommande!
Vous trouverez d’autres étapes dans la routine matinale que définit Hal Helrod, mais je ne suis pas ici pour vous raconter le livre, lisez-le!
Et si on parlait maintenant de mon année 2018 et de cette fameuse planification!
Le Trail! Du côté de la planification, c’est fait! J’ai placé 3 échéances jusqu’à Annecy qui sera le premier test. Dans un premier temps, je vais me diriger vers l’organisation des Deux Amants dans l’Eure. Je connais le 25 km mais cette année je me dirige sur le 55 km. Le carde de cette course est magnifique: les boucles de Seine en toile de fond et de la bosse! J’irai ensuite me balader avec David sur le tour de Rouen. Il y aura aussi le Radicatrail, c’est la course au pied de la maison avec de jolis chemins et après avoir gagné le 110 km en 2015, je serai cette année en « touriste » car les choses sérieuses commenceront plus tard.  Pour terminer la préparation, ça sera la NORMANDICAT, une course en vélo d’ultra-endurance en Normandie. Je vais reprendre le format de l’an dernier sur les 400 km. Cette année sera l’occasion de repousser encore les limites de mes capacités d’adaptation à la fatigue. Objectif : ne pas descendre du vélo!
Le 15/02/2018
Comment je m’y prends? Je borne! Le mois de février est pour moi synonyme de reprise de mes capacités d’adaptation à la course à pied. Pas de séances spécifiques, juste courir. Sur des sentiers différents, à des allures différentes et avec des personnes différentes. Je dois habituer mon corps à ce stress. Si je vous parle de « stress », c’est pour évoquer un point important de la reprise d’une activité sportive. Je veux parler de stress oxydatif. Cette notion peut paraître barbare mais c’est en fait la clé à beaucoup de pathologies de coureurs ou de manque de progression. Le sport et la vie de tous les jours engendrent une production de « stress oxydatif ». Lors d’une reprise d’une activité, d’augmentation du volume ou d’une sortie post « repas de fêtes », un pic important peut être observé. Ce qui engendre des dommages structurels au niveau des cellules musculaires. Le corps accepte ce stress mais de façon progressive. Le sport peut faire rouiller si on ne prend pas soin de soi! Si structurellement tout va bien, une pratique progressive et une alimentation saine et équilibrée vous permettront de passer à travers les petites periostites tibiales ou petites tendinites de début de saison ou de reprise.
Je souhaite également faire la parenthèse dans cet article sur l’organisation de « OFF ». En participant à une balade organisée par Quentin (vous le retrouverez sur sa page FB intitulée TRAVERSE), j’ai vraiment pris du plaisir! Ça faisait longtemps! C’est dans cette dynamique que j’ai lancé le « OFF de la Suisse Normande » le 17 mars 2018. Rassembler pour partager, c’est ce que je souhaite mettre en place en parallèle du TOUR DE NORMANDIE. Vous en saurez bientôt plus sur ce partage de OFF.
Le 28/03/2018 : Je peux aujourd’hui dire que j’ai repris l’entrainement. Je n’ai pas encore repris le spécifique mais le mois d’avril sera là pour ça. Mon corps est prêt pour passer le très gros volume prévu. Voici mes volumes d’entrainements : 17 heures en janvier, 45 heures en février, 60 heures en mars. Je pars sur 80 heures en avril et la Maxi Race devrait bien se passer. J’organise un nouveau « OFF » le 15 avril dans le bocage pour continuer à partager ma passion et découvrir de nouveaux singles normands!
Sportivement,
Victorien
Partager cet article :